RANDO CHEVAL

Voyage à cheval et randonnée équestre...

Ecrire à Rando Cheval - Rando Cheval, du lundi au samedi de 9h à 18h30 04 37 02 2000

CARNET DE VOYAGE...
... Désert d'Atacama, la minéralité absolue...

Le Désert d'Atacama, perché dans la Cordillère des Andes, réputé être le plus aride de la planète, était réputé inaccessible aux cavaliers. Seuls quelques aventuriers au long cours, comme Stéphane Bigo, avaient osé l'affronter.

C'est Juan qui nous a convaincus de nous mesurer à cet environnement extrême : Indien Atacameno, issu d'une ancienne civilisation précolombienne qui a été protégée de l'envahisseur espagnol par les remparts naturels de son désert, il est le seul à le connaître suffisamment bien pour pouvoir y emmener des chevaux, ses chevaux, qu'il prépare à longueur d'années pour qu'ils s'adaptent sans problème à la chaleur, à l'altitude, et à cette minéralité absolue.

Convaincus, nous nous sommes rendus à San Pedro de Atacama en janvier 2002, au cours d'un voyage "extrême" puisqu'il alliait le désert brûlant aux vaste étendues de Pampa glacée de Patagonie !Ce sont les photos de ce voyage magique que nous vous proposons ici...

 

Randonnée à cheval dans le Désert d'Atacama

ALBUM-PHOTOS DE NOTRE VOYAGE A CHEVAL

La Vallée de la Lune - Le Salar d'Atacama - La Vallée de la Mort - La Cordillère du Sel - Oasis de Catarpe - "Le" Huaso chilien ! - Les dunes de Tulor - Bolivie, Licancabur et Laguna Verde
Album photo de la deuxième partie de ce voyage : la Patagonie (sud du Chili)

 

 

La Vallée de la Lune...

 

Randonnée à cheval au Chili
Randonnée à cheval dans les Andes

 

La Vallée de la Lune est l'un des endroits les plus surprenants qui soient : d'immenses dunes de sable de plus de 100 m de haut, qui partent à l'assaut de reliefs découpés et ondulants, le tout encerclant une vaste vallée au sol tapissé de sel cristallisé d'une blancheur aveuglante. La réverbération ici est maximale, crème solaire, lunettes, chapeau, tee-shirts manches longues obligatoires pour tout le monde...

 

Voyage à cheval dans le Désert
Randonnée équestre dans la Vallée de la Lune

 

...sauf pour Juan, qui n'hésite pas à se mettre torse nu sous ce soleil de plomb, sans aucun problème !!! Xano est plus prudent, ses gênes d'origine espagnole seraient-ils plus vulnérables au soleil d'Atacama ?

 

Voyage dans le désert d'Atacama
Randonnée équestre dans les Andes

 

Paysages somptueux, difficiles à fixer sur la pellicule, tant le contraste et la luminosité sont extrêmes. On ne voit pas bien le visage de Thomas sous son chapeau ? Allez donc lui demander de l'enlever, vous vous ferez traiter d'assassin !

 

 

Cet environnement extrême permet d'apprécier la résistance naturelle et l'excellente préparation des chevaux de Juan, qui ne demandent pas mieux que de grimper au galop les grandes dunes de sable, effort épuisant s'il en est, même sans la chaleur du Désert.

 



 

 

Le Salar d'Atacama

 

 

Le Salar d'Atacama, comme le Salar d'Uyuni tout proche de l'autre côté de la frontière bolivienne, est un immense lac salé le plus souvent quasiment à sec. Il se transforme alors en une vaste étendue absolument plate, au sol couvert de sel cristallisé, où seule arrive à pousser une végétation unique en son genre, adaptée à la fois à ce milieu d'une minéralité très agressive, et à un manque presque total d'eau.

 

 

Après des heures de traversée de ce désert blanc, une surface miroitante d'un bleu turquoise intense apparait, semblant à première vue un mirage. Ce sont en fait les vestiges du lac salé, de petits lacs aux eaux saturées de sel et minéraux. Le sel se cristallise sur les bords et forme même une croute de plusieurs dizaines de cm au-dessus de l'eau, sur laquelle il faut s'avancer avec prudence. Ces points d'eau abritent de nombreux oiseaux, en particulier des flamants roses.

 

 

Nous établissons le bivouac près d'une de ces "Lagunas", dans un décor grandiose, entourés par les hauts volcans des Andes (le volcan Licancabur, éteint, et le volcan Lascar, qui nous habituera à ses éruptions de vapeur chaque matin).

 

 

L'eau est le bien le plus précieux dans ce désert le plus aride du monde, et c'est Catalina qui nous apporte chaque soir de quoi abreuver chevaux et cavaliers. C'est le seul moyen de randonner dans cet environnement d'une minéralité absolue. On ne résiste pas longtemps à la baignade dans la Laguna : la concentration en sel est supérieure à celle de la Mer Morte, impossible de couler, il est tout à fait inutile de savoir nager, et se laisser flotter à 3000 m d'altitude face au volcan Licancabur, à quelques mètres des flamants roses et dans une solitude totale est une expérience mémorable.Baskets obligatoires pour se protéger des cristaux de sel au fond du lac, les baskets en question se "pétrifiant" de sel après séchage !!! Pour nous heureusement, Catalina a prévu une douche de randonnée, chauffée à l'énergie solaire, bien appréciable pour se débarasser de ce sel très agressif.

 

 

Une fois encore, les chevaux nous étonnent par leur résistance, alors que les cavaliers font un concours de chapeaux : sombrero traditionnel des huasos chiliens contre chapeau australien qui sera également adapté à notre randonnée en Patagonie quelques jours plus tard.

 

 

 

La Vallée de la Mort

 

 

Au coeur de la Cordillère du Sel, la Vallée de la Mort présente à nouveau un paysage totalement différent de ce que nous avons traversés ces derniers jours : phénomènes spectaculaires d'érosion, rappelant par moment les vallées de Cappadoce, parfois à moitié enfouis sous le sable. Et toujours, au loin, la silhouette fière du mythique Licancabur.

 

 

 

 

La Cordillère du Sel

 

 

La Cordillère est constituée en grande partie de sel gemme cristallisé, translucide et brillant comme du cristal : en chevauchant à travers le labyrinthe des canyons, on ne peut s'empêcher de s'imaginer explorer une gigantesque mine de diamants à ciel ouvert ! Les eaux et l'érosion ont creusé des galeries que Juan nous fait découvrir à pied. Une rude épreuve, où il a fallu grimper, escalader, se faufiller, et même ramper, mais cela en valait la peine !

 

 

La Cordillère est sillonnée de canyons et de vallées torturées, sans chemins, et Juan est souvent le seul à connaître les moyens de relier une vallée à une autre, ce qui est vital dans ce milieu où quelques heures perdues à rechercher un passage peuvent avoir des conséquences dramatiques. Le soir au bivouac, Juan racontera, si vous le lui demandez, les histoires terribles et les légendes qui hantent ces lieux..

 

 

 

Encore une fois, le changement de paysage est spectaculaire, on se croirait dans le Wadi Rum en Jordanie. Les chevaux au pied incroyablement sûr passent sans hésitation des passages étroits, raides et rocailleux.

 

 

Au milieu de cette minéralité absolue, un bivouac d'anthologie, balayé par des vents chargés de sable jusqu'à 22h (Juan nous avait dit, "vous verrez, ça va s'arrêter à 22h", et ça a été le cas...) puis sous le ciel étoilé de l'hémisphère sud, avec en final un lever de pleine lune comme un soleil pendant que Xano nous chantait son répertoire, des chansons traditionnelles chiliennes aux Beatles (à prononcer à l'espagnole !!!).

 

Suite de notre album photo...


 

La Vallée de la Lune - Le Salar d'Atacama - La Vallée de la Mort - La Cordillère du Sel - Oasis de Catarpe - "Le" Huaso chilien ! - Les dunes de Tulor - Bolivie, Licancabur et Laguna Verde
Album photo de la deuxième partie de ce voyage : la Patagonie (sud du Chili)

 

 

Retour à l'itinéraire de notre randonnée dans le Désert d'Atacama !

 

 

 

 

 

 

 

INFOS PRATIQUES

Programme de nos randonnées dans le Désert d'Atacama